Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Élections » Cantonales - 2011 » Cantonales Plessis-Haut Clamart, les forces en (...)


dimanche 13 mars 2011
Cantonales Plessis-Haut Clamart, les forces en présence

A quelques jours de l’issue, la campagne pour l’élection du Conseiller Général dans notre canton (Le Plessis-Robinson et Haut-Clamart) bat son plein et la bataille de l’affichage et des tracts fait rage. Il faut dire que les enjeux sont multiples :

- local : de grands chantiers sont en cours et font l’objet d’âpres batailles ;
- départemental : les Hauts-de-Seine, bastion et maison mère de l’UMP sarkozyste pourrait, sinon perdre sa majorité, au moins vaciller ;
- national : test grandeur nature pour l’élection présidentielle ;
- national encore : le vote pourrait, de manière historique, entraîner un changement de majorité au Sénat à la rentrée.

Rapide tour d’horizon des forces en présence sur notre canton.

En 2008, dans une élection partielle après de multiples rebondissements locaux (suite à l’invalidation de P. Pemezec en tant que député, Jacques Perrin, adjoint fidèle de notre maire avait dû céder son siège à son patron), Philippe Pemezec avait remporté l’élection, porté par la vague de l’élection de N. Sarkozy.

Cette année, les choses semblent plus compliquées. Le contexte national lui est défavorable, à double titre : mécontentement sur la politique du gouvernement et poussée de l’extrémisme nationaliste. D’ailleurs, ses affiches ne contiennent aucune mention de son appartenance à l’UMP. Le contexte local n’est guère plus engageant. Après 18 ans de présence au Conseil Général, P. Pemezec se présente sans bilan et il est mis en difficulté sur divers sujets locaux aux Plessis :

Aux dernières élections régionales, la gauche alliée aux Verts avait très nettement devancé la droite sur ce canton. La partie s’annonce donc serrée.

Juana Altamirano, notre candidate, moins connue au Plessis mais bien implantée à Clamart, adjointe au maire P. Kaltenbach, soutiendra avec force et conviction une politique de proximité et de justice sociale, et porte les couleurs d’un renouvellement du personnel politique du département dans la diversité. Son souhait : bouleverser ce petit monde UMP (Sarkozy père et fils, Balkany mari et femme) sclérosé et empêtré dans ses affaires de potentats locaux au détriment bien sûr des Alto-Séquanais.

Son credo : le département le plus riche de France peut faire beaucoup plus en matière de solidarité et qualité de vie pour tous.

Pour le Front de Gauche, Christophe Leroy (PC), conseiller municipal de l’opposition au Plessis, mène une campagne sur les thèmes de la justice sociale et du partage des richesses.

Les Verts (Europe Ecologie) sont représentés par Marie-Catherine Poirier, bien connue à Clamart, qui bien sûr aura à cœur de s’en prendre aux mensonges incessants de Pemezec en matière d’environnement et porte en avant, elle aussi, le thème de l’action sociale.

Nous somme plus intrigués pas la présence d’un membre du Parti Radical [1] Grégoire Artinian, conseiller municipal d’opposition à Clamart, porte parole local de Jean-Louis Borloo et qui fait lui aussi campagne contre la politique actuelle menée par l’UMP dans le département et dénonce l’inaction de l’actuel occupant du siège [2]. Pourtant, il nous semble bien que c’est le logo du Parti Radical que l’on trouve en bas à droite sur (au moins) les premiers tracts de P. Pemezec  !

La plus forte incertitude vient peut-être du rôle qu’aura le Front National et son candidat, dont nous préférons taire le nom, puisqu’il prend le visage de Marine Le Pen sur ses affiches. Ne se positionnant pas sur les enjeux locaux, il s’appuiera comme toujours sur les thèmes de l’immigration et de l’insécurité, avec une petite variante cette année : une campagne gratuite et ignoble contre les musulmans, thème soufflé par notre président N. Sarkozy.

La septième candidature est celle de Hofée SEMOPA (Solidarité), prônant un engagement chrétien proche du prosélytisme (pour ne pas dire plus) qui nous apparaît, il faut bien le dire, hors de propos dans cette élection.

notes :

[1celui de droite

[2Il a déclaré : "Je suis profondément attaché aux valeurs de tolérance, d’humanisme et de justice sociale. Philippe Pemezec est à mon sens aux antipodes de ces valeurs. Son parcours politique et ses affaires judiciaires en sont la parfaite illustration"


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste