Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribunes 2011 » Tribune de l’opposition de mai 2011


jeudi 5 mai 2011
Tribune de l’opposition de mai 2011

— Retour sur les élections cantonales : morceaux choisis

Retour sur les élections cantonales : morceaux choisis

Il n’est pas question pour nous de revenir sur les résultats des élections cantonales du mois de mars dernier, mais plutôt de vous informer du comportement de l’élu local Philippe PEMEZEC.

Plus personne n’ignore que la guerre des clans a fait rage pendant la campagne électorale au sein de l’UMP. Tous les élus de la majorité départementale ou presque étaient vent debout contre le président sortant P. DEVEDJIAN.

Celui-ci (dont nous ne défendons pas par ailleurs le bilan) était victime des combines et magouilles directement élaborées par le locataire « du Château » en l’occurrence N. SARKOZY. Le projet visait à faire d’Isabelle BALKANY le successeur attitré à la présidence du conseil général des Hauts de Seine. Cette dernière avait même décidé, par fidélité à ses électeurs, de changer de canton ! (La conseillère générale sortante s’est vue récompensée par une légion d’honneur et un strapontin au Conseil Economique et Social)

Et patatras, les nouveaux électeurs de Mme BALKANY ont décidé de la congédier et elle quitte sans gloire son siège de conseillère générale qu’elle occupait depuis plus de vingt ans. L’on peut dire qu’elle a fait preuve d’un flair politique invraisemblable.

Bref, branlebas de combat, les plans du « Château » sont à revoir et c’est là qu’entre en scène, si l’on peut dire, notre conseiller général Ph. PEMEZEC qui était alors aussi secrétaire départemental de l’UMP.

Apprenant que le prince JEAN appelait sur les conseils de son Papa à « porter » la candidature de P.DEVEDJIAN, Ph. PEMEZEC décide de donner sa démission de secrétaire départemental. Il menace même de se porter candidat contre son ancien mentor.

Nous ne résistons pas à vous reproduire dans cette contribution, un extrait de l’article paru dans le Canard Enchaîné du mercredi 30 mars 2011. Le titre en est d’ailleurs évocateur : La DÉROUTE DES CAIDS DU « 9-2 » : « Tête mise à prix » : La veille, en pleine soirée électorale, il (Ph. PEMEZEC) avait déjà pété les plombs : « quand je pense qu’on va devoir se le payer encore trois ans ! Il faut le tuer ! Il faut le tuer ! » avait-il éructé en apercevant son ennemi juré.

PEMEZEC s’en était aussi pris à Marie Célie GUILLAUME, la directrice de cabinet de DEVEDJIAN (qui déposera une main courante pour menaces au commissariat de Boulogne) : « T’es encore là, toi ? Toi, t’inquiète pas ! On va te le régler ton compte ! Et très, très vite ! » avait hurlé l’élu. Est ce un comportement digne d’un élu ? Certes non. Mais notre maire est un récidiviste. Nous vous rappelons qu’il a déjà été condamné pour des propos semblables, tenus au sein du conseil municipal.

L’on reste dès lors très dubitatif en relisant l’éditorial de notre maire dans Le Petit Robinson du mois d’avril en page 2 : « ... Même si le débat (local) a été malheureusement occulté par les attaques personnelles et les coups bas qui ont émaillé cette campagne. Ces vieilles méthodes politiques, qu’on pensait disparues… ». Serait-ce le même homme dont nous parlions ci-dessus ? Et oui.

Mais rassurez-vous, P. DEVEDJIAN est loin d’être rancunier, puisqu’il a nommé Ph. PEMEZEC 13e (le dernier) Vice-Président du Conseil Général. Ouf ! L’honneur est sauf.

Ce n’est bien évidemment pas notre conception de la politique ! Que chacun puisse méditer sur cette conception qui ne vise qu’à éloigner encore un peu plus les citoyens de l’action politique au sein de laquelle, le respect des autres doit rester une valeur républicaine.

Les élus de la liste "Mieux vivre au Plessis-Robinson"

B. Marquaille, B. Maubras, C. Leroy, M.-L. Florentin, M. Hurpeau


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste