Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribunes 2011 » Tribune de l’opposition de septembre 2011


mardi 6 septembre 2011
Tribune de l’opposition de septembre 2011

— Aggravation de la sanction de Monsieur Pemezec
— Dernière minute : décès de Georges Hayat

Aggravation de la sanction de Monsieur Pemezec

En décembre dernier, Monsieur Pemezec avait déjà été lourdement condamné par le tribunal correctionnel pour délit d’injures : une amende de 3 000 euros et 1 000 euros de dommages et intérêts en réparation du préjudice subi. Suite à l’appel déposé par le maire du Plessis- Robinson, la cour d’appel de Versailles, le 27 juin 2011, a lourdement aggravé la peine de M. Pemezec, le condamnant à une amende de 5 000 euros et 1 000 euros de dommages et intérêts.

Pour mémoire, une plainte avait été déposée par Benoît Marquaille contre Monsieur Pemezec pour injures publiques commises contre un élu, proférées lors du conseil municipal du Plessis- Robinson du 16 décembre 2009. Au cours de ce conseil, en réponse à une question du conseiller municipal socialiste sur des mesures prises suite à un grave accident survenu à la Police Municipale, le maire avait en effet envoyé une bordée d’injures aussi grossière qu’indécente contre l’élu socialiste d’opposition : « falsificateur », « menteur », « histoire de caniveaux », « minable politique », « voyou », « petit monsieur » « vous me donnez envie de vomir », « vous transpirez la médiocrité », « tout ce qui est nauséabond en politique »…

La justice a par ailleurs considéré que les propos du maire du Plessis-Robinson ne répondaient à aucune provocation, qu’ils avaient été tenus dans le cadre d’une séance institutionnelle consacrée aux questions de l’opposition et que la question posée dont le maire avait précédemment eu connaissance, n’était absolument pas injurieuse.

Secrétaire départemental de l’UMP 92, vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine, maire du Plessis-Robinson, avec ce jugement la cour d’appel a envoyé un message fort à Philippe Pemezec mais également à l’ensemble des élus UMP du 92 pour leur conception toute particulière du débat démocratique dans notre département, la cour d’appel relevant à l’audience qu’un grand nombre d’affaires de ce type viennent très souvent du département des Hauts-de-Seine.

Ce jugement conforte les élus des Hauts-de-Seine qui trop souvent voient leurs droits démocratiques bafoués et se battent pour qu’ils soient respectés. C’est une reconnaissance pour tous ceux qui sont confrontés dans l’exercice de leur mandat au mépris et à l’irrespect. Cette condamnation d’un des plus hauts responsables départementaux confirme et aggrave l’avertissement lancé à l’UMP qui sait dorénavant qu’elle a le devoir de respecter les droits de l’opposition sous peine d’être condamnée lourdement.

Dernière minute : décès de Georges Hayat

A l’heure où nous écrivions notre article pour la tribune, une triste nouvelle nous est parvenue. Georges Hayat est décédé le 9 août et a été enterré au cimetière du Plessis-Robinson le 12. Michel Hurpeau était présent auprès de sa famille et de Germaine en particulier, sa compagne depuis 66 ans. De nombreux amis étaient également réunis pour lui dire un dernier au revoir, nous pensons en particulier à Robert Gelly, ancien maire du Plessis-Robinson dont il fut un maire adjoint pendant plusieurs années.

Georges Hayat, au cours des nombreux mandats électifs qu’il a assumé au Plessis-Robinson à côté de Robert Levol, puis de Robert Gelly, a notamment permis à notre commune de se doter dès les années 1960/1970 de très nombreux équipements sportifs. Il a ainsi contribué à faire édifier des gymnases à proximité de chaque école pour que la pratique sportive soit favorisée dès le plus jeune âge. Mais sa plus grande réalisation restera celle de la construction de la piscine municipale qui reste, de nombreuses années après, un des fleurons de nos équipements.

Il a su faire partager la passion du sport qui l’animait, lui l’ancien international de water polo. Il a ainsi, avant bien d’autres, engagé les habitants du Plessis à une pratique sportive de masse tout en assurant les conditions d’équipements de qualité pour les équipes fanion du club. Il fût également à l’initiative de la création du "passeport loisirs" qui permettait à tous un accès libre aux installations sportives, sans contraintes. Militant communiste, fidèle toute sa vie à son idéal, nous garderons de lui l’image d’un homme de conviction qui sans relâche défendait des idées simples comme la liberté, l’égalité, la paix et la fraternité. A Germaine son épouse, à Denis son fils et à toute sa famille, nous présentons nos sincères condoléances.

Les élus de la liste "Mieux vivre au Plessis-Robinson"

B. Marquaille, B. Maubras, C. Leroy, M.-L. Florentin, M. Hurpeau


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste