Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribunes 2011 » Tribune de l’oppostion de décembre 2011 du Magazine


dimanche 4 décembre 2011
Tribune de l’oppostion de décembre 2011 du Magazine

— Révision du PLU   = un double danger : baisse de la mixité sociale et hausse de la densification

Révision du PLU   = double danger :
Baisse de la mixité sociale, hausse de la densification

Le maire veut réviser le Plan Local d’Urbanisme (PLU  ) pour augmenter à nouveau le rythme de construction de logements. C’est une façon d’augmenter la population. Pour museler l’opposition il se réfugie derrière l’un des objectifs du SDRIF   (Schéma Directeur de la Région Île-de-France) et de la loi sur le Grand Paris qui est de construire 70 000 logements par an en Île-de-France au lieu des 40 000 créés aujourd’hui.

La population du Plessis-Robinson est passée en vingt ans de 20 000 habitants à 26 000 habitants soit 30 % d’augmentation. Le nombre de logements a crû de près de 3 000 dont 1 146 dans le Coeur de Ville et 1 341 dans la Cité-jardins. Si toutes les villes des Hauts-de-Seine suivaient la politique bâtisseuse préconisée par notre maire, l’objectif des 70 000 logements serait vite atteint.

Hausse de la densification : Au Plessis, cela suffit. Cette densification a été trop rapide et nous en mesurons quotidiennement les effets négatifs (problèmes de circulation, de stationnement, etc.). Nos écoles sont saturées, nos équipements sportifs deviennent insuffisants, d’autant que le gymnase Henri-Wallon a été diminué de moitié et que nous avons perdu deux stades au profit du Racing. La piscine n’est pas non plus dimensionnée pour une telle population.

Dans cette révision du Plan Local d’Urbanisme, le maire inclut le quartier pavillonnaire du Hameau : les pavillons qui ne correspondent pas à la conception architecturale du maire seront tout simplement rasés (propos tenus par le maire lors d’un Conseil municipal). Quel mépris pour les Robinsonnais qui ont travaillé durement pour acquérir leur bien ou, pour certains d’entre eux, qui ont bâti de leurs mains leur logement actuel !

Baisse de la mixité sociale : La proportion de logements sociaux atteint actuellement 43 % sur notre commune en baisse régulière depuis vingt ans. La mixité est déjà attaquée. L’objectif affiché du maire est porter cette mixité à 30 %. Dans chaque nouveau quartier qui a été construit, la mixité sociale n’a jamais été respectée : 8 % au Cœur de Ville, 20 % dans la Cité-jardins. Pour ce dernier quartier, le maire a refusé notre proposition d’inclure un programme d’accession sociale à la propriété dans ce nouveau périmètre. Cette politique de diminuer la proportion de logements sociaux en période de crise économique est inacceptable et c’est une attaque intolérable sur le logement accessible à tous.

Les élus de la liste « Mieux vivre au Plessis-Robinson »

B. Marquaille, B. Maubras, C. Leroy, M.L. Florentin, M. Hurpeau


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste