Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Pole culturel : les chiffres dévoilés


vendredi 13 avril 2012
Pole culturel : les chiffres dévoilés

C’est lors du conseil municipal du 19 mars 2012 que le maire vient enfin de dévoiler le chiffrage et le financement du fameux "pôle culturel", confirmant ainsi nos prévisions de (sur)coût. Résultat, un dépassement, avant construction, de 30 % par rapport aux prévisions du maire. Surtout, les co-financements sont bien loin des prévisions et la part de la ville s’envole à 15 millions d’euros. Le financement de la part de la ville est repoussé après les élections et c’est pas moins de 11 millions d’euros qu’il faudra sortir en 2014, dont 6 en emprunt.

Le projet de pôle culturel était dès le départ apparu comme un projet très volontariste mais affreusement bancal et hasardeux : un budget largement sous-estimé, laissant la part belle à l’aspect extérieur au détriment de la fonctionnalité, des ambitions culturelles non définies. En ce sens, l’image présentée par le maire d’un bâtiment ridiculement pompeux sur fond de nuages et coucher de soleil, symbolise à elle seule ce projet tout droit sorti d’un rêve embrumé du maire.

Au terme d’une communication toute en trompe-l’œil, le maire vient de présenter lors du conseil municipal du 19 mars 2012 le coût prévisionnel pour autorisation de construction et son financement. Force est de constater que nos doutes (article et journal Demain au Plessis de mai 2011) étaient bien légitimes.


(extrait du CM du 29 mars 2012)

Le coût global du projet

Le projet avait initialement été chiffré à 24 M€ HT [1], en incluant 11,5% de maîtrise d’œuvre (+ divers frais et taxes à ajouter). Suite à un appel d’offre que nous avions trouvé "légèrement douteux", le projet retenu déclarait une enveloppe conforme. Mais la commission technique, lors de la présentation du projet, avait mis en garde le jury et estimé le coût à 32 M€. Elle avait encore légèrement sous-estimé ce coût. Cela n’empêchait pas le maire de continuer à afficher dans le Petit Robinson d’avril 2011 le même coût irréaliste. A ce jour, les travaux ne sont pas encore commencé que le budget a déjà enflé de 30 %. Rappelons au maire, qui semble de moins en moins en prise avec la réalité, que le pays est en crise, qu’il soutient un candidat à l’élection présidentiel qui préconise une forte diminution des dépenses publiques et de l’endettement.

Financement

Si l’augmentation du coût était largement prévisible, nous pouvions donner crédit au maire dans son affichage de co-financement, même si celui-ci semblait très volontariste (c’est après tout la marque du maire). La présentation du budget lève donc le voile et confirme là encore nos craintes.

On notera tout de même un effort conséquent de la part de la CAHB   dont la participation est passée de 8 M€ à 13,5 M€, qui a donc suivi l’augmentation globale du coût. Georges Siffredi, président de la CAHB  , reste donc un bon ami du maire.

Pour le reste, c’est un effondrement total des espérances de co-financement et la ville se retrouve bien seule.
Le maire avait initialement chiffré, de manière très volontariste, une participation du département et de la région à 10 M€. Il s’avère que état + département + région ne fourniront au final que 5,7 M€. Le maire a visiblement moins d’amis au conseil général qu’à la communauté d’agglomération.

Au final, la part dévolue à la ville explose, passant de environ 2 M€ à 15,5 M€. Chaque ménage du Plessis-Robinson devra donc régler environ 1500 €.

Évolution du coût entre 2010 et 2012
Poste Prévision en 2010*Prévision en 2012**Différence en %
Coût bâtiment HT M€ 21,5 M€ 31,1 M€ +30 %
Coût total TTC M€ 32,7 M€ 41,7 M€ +22 %
Participation CAHB   % 50 % 42 % - 16 %
Autres subventions M€ 10 M€ 5,7 M€ -43 %
Part de la ville M€  2 M€*** 15,5 M€ +675 %

* présentation du projet en en conseil municipal du 17 février 2010.

** coût au conseil municipal du 19 mars 2012, avant début des travaux.

*** estimation, le chiffrage n’étant pas clairement fait = coût TTC - subventions - compensation TVA

Le financement par la ville repoussé en 2014

Comment va donc être réglée la douloureuse ?

Le paiement s’étalera sur les trois ans de construction pour s’achever donc, si tout va bien (ce qui ne manquerait pas de nous étonner), en 2014. Sur les 15,5 M€, il est prévu de payer :
- 2 M€ en 2012
- 2,5 en 2013
- et le solde, c’est à dire 11 M€ en 2014.

Autant dire que le maire repousse au plus tard possible, et surtout après les élections, le règlement de ce projet pharaonique. Le maire prévoit ainsi 5,5 M€ sur l’autofinancement en 2014, soit la totalité de l’autofinancement annuel dégagé actuellement par la commune. Le complément se fera par un emprunt de 6 M€. Au total, 8 millions d’euros seront empruntés. Dans la mouture de mars 2012 du “Petit Robinson”, le maire présentait avantageusement sa gestion budgétaire. Pourtant, en étant attentif, on pouvait voir dans le tableau des comptes l’envol de la dette ces dernières années :

A lui tout seul, le pôle entrainera un bond de 30 % de la dette. Et comme le Plessis-Robinson est la commune championne des impôts locaux des Hauts-de-Seine (voir), il y a fort à parier qu’elle conserve ce titre pour un bon moment.

Peut-on espérer tout de même que ce bâtiment serve à autre chose que satisfaire la vanité du maire et que les efforts consentis par les robinsonnais soient payés en retour par une véritable politique culturelle ? Pour l’instant, on n’en a pas encore vu le début du commencement.

notes :

[1millions d’euros hors taxe


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste