Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Lycée : la balle est dans le camp du maire


mercredi 28 novembre 2012
Lycée : la balle est dans le camp du maire

L’assemblée régionale a voté en séance plénière son Programme Prévisionnel d’Investissement (PPI) pour les lycées sur la période 2012-2022. La construction d’un nouveau lycée au Plessis-Robinson n’attend plus que la décision de P. Pemezec de mettre à disposition un terrain. En attendant, la région s’engage à rénover dans les plus brefs délais le lycée Montesquieu.

Communiqué du groupe socialiste et républicain au Conseil régional d’Île-de-France du vendredi 23 novembre 2012

L’assemblée régionale a voté hier son Programme Prévisionnel d’Investissement (PPI) pour les lycées sur la période 2012-2022. Dans le cadre de ces débats, Benoit Marquaille, conseiller régional socialiste d’Île-de-France a plaidé pour l’implantation d’un nouvel établissement sur le Plessis-Robinson pour pallier le sureffectif du secteur, et notamment dans le lycée Monod situé dans la ville voisine de Clamart.

La balle se trouve désormais dans le camp de Philippe Pemezec. Mais ce dernier a-t-il seulement l’intention de jouer le jeu ?

Car l’histoire est ancienne. Première étape en 2005, la région formulait à l’édile une proposition : la rénovation et l’extension du lycée dans les locaux de l’école Henri Wallon qui le jouxte. Cette opération nécessitait au préalable la reconstruction de l’école sur un autre site dans le quartier, reconstruction à laquelle la région était prête à participer financièrement.

Cette proposition est restée lettre morte, au profit d’un projet immobilier.

Seconde étape : l’équipe municipale réussit finalement à trouver un terrain dans d’anciens locaux de la CAF, et en fait l’acquisition…pour finalement annoncer en janvier 2012, qu’elle renonce au projet de nouveau lycée sur ce terrain.

Si la municipalité du Plessis-Robinson avait accepté les propositions de la région, il y a bien longtemps que nous aurions un lycée et une école flambant neufs.

Les débats d’aujourd’hui ont permis à Henriette Zoughebi, vice-présidente du conseil régional en charge des lycées de rappeler que c’était bien la question du foncier qui bloquait le projet de construction d’un nouveau lycée sur le secteur. Et le membre de l’exécutif d’ajouter que la mise à disposition d’un terrain par le maire permettrait d’envisager la création d’un établissement supplémentaire sur le secteur, à la faveur de la clause de revoyure à mi-parcours du PPI examiné ce jeudi.

En attendant que le maire remplisse sa part du contrat et trouve enfin un terrain pour accueillir ce lycée plus qu’attendu, Henriette Zoughebi a accepté sur proposition de Benoît Marquaille que la région s’engage à programmer dans les meilleurs délais les rénovations les plus urgentes sur le Lycée Montesquieu.

Benoît Marquaille, conseiller régional socialiste et républicain


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste