Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribunes 2013 » Tribune de l’opposition de mars 2013


lundi 18 février 2013
Tribune de l’opposition de mars 2013

— Notre équipe municipale se transforme
— La maison de la musique et de la danse quitte la communauté d’agglomération

Notre équipe municipale se transforme

Les aléas de la vie font que May-Lan Florentin, conseillère municipale d’opposition du groupe « Mieux vivre au Plessis-Robinson » nous quitte pour habiter un autre département et a donc demandé à être déchargée de son mandat municipal. Nous lui souhaitons une bonne continuation dans sa vie professionnelle et la remercions pour sa participation à l’activité municipale au sein de notre groupe.

Si être conseiller municipal dans une majorité est plutôt « confortable », il n’en est pas de même pour un conseiller municipal d’opposition en général, mais particulièrement au Plessis-Robinson. Inconfortable puisque nous ne bénéficions pas d’un soutien administratif, donc sans moyens financier et logistique aidés par la municipalité, contrairement aux pratiques de beaucoup d’autres communes avoisinantes. C’est une des raisons d’un engagement supplémentaire pour accomplir le mandat dans des conditions plus complexes.

Reste qu’être conseiller municipal reste un mandat très intéressant malgré les difficultés évoquées ci-dessus. Il permet de connaître et comprendre les dossiers de la commune, de participer à l’organisation de la vie de la commune pour tenter d’améliorer sans cesse son fonctionnement et ses projets. Mais cela demande beaucoup de travail et d’énergie et un investissement conséquent. Cela se complique quand il faut de plus concilier vie professionnelle et mandat de conseiller municipal.

Nous aurons donc le plaisir d’accueillir Marc Saint-Jean dans notre équipe municipale d’opposition.

Marc Saint-Jean connaît bien ce mandat de conseiller municipal puisqu’il l’a déjà exercé dans une précédente mandature où il a été fort apprécié pour son travail de terrain. Il est très actif dans le milieu associatif, notamment dans les activités culturelles et bien connu de nombreux robinsonnais. Il sera à votre écoute, comme nous le sommes et, nous en sommes tous convaincus, il sera déterminé dans notre exigence de travailler pour l’ensemble de la population, sans exclusion et dans une opposition constructive.

La maison de la musique et de la danse quitte la communauté d’agglomération

Lors de la séance communautaire de décembre dernier, à la demande du maire du Plessis-Robinson, une modification portant sur la remunicipalisation de la Maison de la Danse et de la Musique (M.D.M.) a été adoptée par le conseil communautaire de la C.A.H.B.

Rappelons que le transfert de compétence de la M.D.M. vers la Communauté d’Agglomération des Hauts-de-Bièvre ne date que de 2010. Alors pourquoi ce revirement de la part de Philippe Pemezec ?

Il a expliqué ce retour en arrière en indiquant qu’il ne souhaitait pas, d’une part, le changement de statut de la M.D.M. en « conservatoire » car cela engageait, selon lui, d’importants travaux d’agrandissement et qu’il ne souhaitait pas non plus être dans l’obligation de recruter de nouveaux professeurs. Lors du conseil communautaire du 16 décembre, il ajouta qu’il avait toujours souhaité ne pas faire d’élitisme, mais plutôt mettre à disposition un équipement culturel et un enseignement de la musique et de la danse accessible à tous. Soit, ce dernier argument, nous le partageons depuis la création de la MDM. Mais alors pourquoi, malgré des demandes de notre part, n’a-t-il jamais voulu répondre favorablement à celle concernant la mise en place d’un taux d’effort basé sur le quotient de la Caisse d’Allocations Familiales(CAF) ?
... et curieusement, cette demande de remunicipalisation vient tout de suite après l’installation par la CAHB   du quotient familial pour l’apprentissage dans les Conservatoires de la danse et de la musique de son territoire.

Quel que soit l’avenir de la Maison de la Musique et de la Danse, vous pouvez compter sur notre détermination pour mettre en place un quotient familial afin de permettre à un plus grand nombre encore de robinsonnais de pouvoir recevoir un enseignement musical et de la danse de qualité. Mais également lutter pour permettre l’amélioration et l’accessibilité de tous les publics sans n’en exclure aucun et encourager ainsi la mixité dans les structures artistiques de notre ville.

En espérant, toutefois, que la surdité d’hier de Monsieur le Maire soit enfin guérie.
Mais là, c’est une autre histoire ...

Les élus de l’opposition

B. Marquaille, B. Maubras, C. Leroy, M. Hurpeau


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste