Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Plessisland » L’affaire des plagiats, 4e partie


vendredi 17 mai 2013
L’affaire des plagiats, 4e partie
...devient une affaire d’emploi fictif et de détournement de fonds publics

"L’affaire des plagiats", telle que nous l’avions appelée suite aux révélations du Canard Enchaîné, rebondit soudainement après une longue phase de somnolence. Dans le cadre de ses investigations conernant Claude Guéant, le parquet de Nanterre vient en effet de ressortir l’affaire pour ouvrir une information judiciaire, contre X, pour "détournements de fonds publics, complicité et recel" .

P. Pemezec a réagi sur son blog et, cela ne s’invente pas, avoue carrément : « Si j’ai été embauché à ce poste, c’est d’une part en raison de ma disponibilité... ».

Si M. Pemezec s’ennuie à la mairie du Plessis, qu’il laisse la place !

Rappel des épisodes précédents

Les épisodes précédents sont disponibles directement sur le site en cliquant sur le mot-clé P.Pemezec et la justice (et aussi dans le menu “Dossiers du Plessis-Robinson” de la page d’accueil du site).

Rappelons simplement qu’il y a bientôt deux ans, le "Canard" avait dévoilé que notre cher maire se faisait grassement rémunérer par le ministère du Logement, alors dirigé par Christine Boutin, pour plagier des documents existants sur l’urbanisme. Ch. Boutin était d’ailleurs elle-même à l’époque soupçonnée d’emploi fictif (9000 €/mois, encore une affaire enterrée ?).

Suite à l’annulation de son élection de député en 2007, P. Pemezec, se trouvait démuni avec "seulement" environ 8000 € net mensuels pour ses activités d’alors [1] :

  • maire du Plessis-Robinson
  • vice-président du conseil général,
  • vice-président de la communauté d’agglomération (CAHB  ),
  • secrétaire départemental de l’UMP,
  • vice-président de la SEMPRO.

Malgré toutes ces tâches, notre surhomme estime qu’il était ... « disponible »... pour toucher un petit chèque sans se fatiguer ?

Il s’était donc fait embaucher pendant 26 mois, à 5500 € net par mois, soit presque 150 000 € pour rendre un piteux rapport de quelques pages. Sitôt arrivé au ministère du logement, B. Apparu avait d’ailleurs mis un terme à cette mission.

Il est vrai, sa charge de député était tellement harassante que cela a du lui faire un grand vide ! http://laveritesurpemezec.over-blog.com/article-6759272.htm

Détournement de fonds publics, complicité et recel

L’affaire prend donc soudainement une tournure nettement plus inquiétante pour notre maire puisque, avec Claude Guéant, le voilà lié à une information judiciaire qui se trouve entre les mains de trois juges d’instruction.

Selon Le Monde, Ch. Boutin et C. Guéant se renvoient la balle pour savoir qui a décidé de l’embauche. « Je confirme que ce recrutement m’a été imposé par le secrétaire général de l’Elysée » affirme Ch. Boutin. De son côté, P. Pemezec indique : "M. Guéant m’a aidé à obtenir ce poste".

Trois affaires de justice pour un seul homme

Si nos comptes sont bons, cela fait donc trois affaires différentes dans lesquelles notre maire est impliqué, avec :

  • l’affaire "pas d’arabe au Plessis" pour laquelle le maire a eu le culot de demander à la ville de régler ses frais d’avocats, décision faisant d’ailleurs elle-même l’objet d’une plainte ;
  • l’affaire de la vidéo de Ph. Kaltenbach, pour laquelle son rôle est pour le moins ambigu (il avait détenu la vidéo pendant presque 1 an avait de la faire parvenir à la justice).

Les prochains conseils municipaux promettent d’être houleux. Mais cette fois-ci, le maire ne pourra pas demander la protection de la ville (enfin... à voir).

Voir en ligne : L’article du Monde
notes :

[1en plus de son activité de "chef d’entreprise" (auto-entrepreneur), sur laquelle le maire est très très très discret


1 Message

  • L’affaire des plagiats, 4e partie

    24 juin 2013 09:38, par jnl

    Mon père a été maire du Plessis et conseiller général un certain temps, plutôt un temps certain, il était pris par ces deux fonctions du lundi matin au samedi soir....
    Peut-être que Monsieur Pemezec a de GROSSES capacités de travail ?

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste