Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Conseil Municipal du 4 juillet 2013 : La SPL (...)


lundi 8 juillet 2013
Conseil Municipal du 4 juillet 2013 : La SPL Plessis/Chatillon, un nouveau jouet pour la mairie ?

Après un long auto-hommage sur sa politique volontariste en matière d’urbanisme (qui, rappelons le, pousse à construire un Disneyland à moindre coût, mais aussi à moindre durée de vie, au centre de la ville fait d’une fausse rivière et orné par de vrais clochers, en détruisant au passage des logements sociaux, sans adapter les équipements publics au flux de nouveaux arrivants), le maire a annoncé, lors du conseil municipal du 4 juillet 2013, la création d’une Société Publique Locale détenue à 90% par la ville du Plessis et 10% par la ville de Châtillon.

C’est vrai que la SEMPRO nécessitait une mise en concurrence pour les aménagements de la ville et devait s’imposer un semblant de respect du code des marchés publics. Là, avec ce nouvel outil, plus de souci… Le droit privé s’applique et les affaires pourront se faire entre amis sur le territoire de ces deux villes. Mais au fait ? Pourquoi Châtillon ? Pourquoi 10% ? Il est vrai qu’on ne comprend pas bien les synergies possibles entre ces deux villes qui ne se touchent pas. Est-ce un moyen de soutenir Jean-Pierre Schosteck très en difficulté face à Martine Gouriet à Châtillon ? Le 10% est-il un moyen de limiter les risques en cas de victoire probable des socialistes en 2014 ?

A ces questions légitimes de l’opposition sur la justification d’un rapprochement avec une ville qui n’est ni lié géographiquement, ni même dans la même communauté d’agglomération, le maire indique qu’il fallait bien une autre ville, que le Plessis et Châtillon partagent beaucoup de choses (mais lesquelles ?) et qu’il apporte tout son soutien, tout son respect et toute son amitié à Jean-Pierre Schosteck. Rien à redire au témoignage d’amitié, mais quelle piètre explication pour la SPL !

Quoiqu’il en soit, cette SPL sera en charge de porter toute opération d’aménagement (au sens L300-1), toute opération de construction ; toute acquisition et cession de baux commerciaux, de fonds de commerce... toute opération financières, commerciales, industrielles, mobilières et immobilières, ... l’exercice du droit de préemption et d’expropriation (par délégation des villes) et enfin toute opération compatible avec son objet et contribuant à sa réalisation. Plus besoin de s’embêter avec la SEMPRO et ses filiales pour gérer les pas de porte… La SPL s’occupe de tout. La SEMPRO va-t-elle être dissoute ? Non, répond le maire… Elle continuera à promouvoir la vision de l’urbanisme de la ville… sur d’autres territoires. On comprend mieux maintenant l’empressement de la SEMPRO à trouver de nouvelles activités (promotion, conseil, aménagement à Romainville…). Nous qui pensions à mal… Ce n’était que l’instinct de survie d’une société qui sent sa fin prochaine avec l’arrivée de cette SPL.

Voyons les avantages : nouvelle structure, nouveaux dirigeants… et d’ailleurs, un tiers des statuts de la SPL (fourni en annexe) y est consacré : combien seront- ils ? Jusqu’à quel âge pourront-ils y siéger ? Comment pourront-ils se désigner entre eux ?… Tant de talents à caser dans ces deux équipes municipales… sans compter que le président de la SEMPRO souhaitera peut-être cumuler avec un siège dans cette SPL ?

L’opposition a demandé que Christophe Leroy (élu de l’opposition) soit membre de cette SPL pour assurer le minimum de transparence démocratique nécessaire à une structure par nature aussi obscure. A notre grande surprise, car, même venant du maire, nous nous attendions à mieux, ce souhait ne sera pas exaucé et seuls les « amis du pouvoir » contrôleront cette SPL. Aucun contrôle démocratique de l’opposition puisque les neuf représentants de la commune avait déjà été désignés avant séance par la majorité, excluant une présence de l’opposition.

Au fait comment s’appellera cette nouvelle SPL ? SudOuest 92 … Levallois vient d’ouvrir son centre commercial SoOuest, le maire invente, au mépris il est vrai de la géographie, son SudOuest…

Découvrez la réaction de Martine Gouriet sur son blog


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste