Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Lettres d’information » Education : notre premier engagement


lundi 23 septembre 2013
Education : notre premier engagement

A l’occasion de la rentrée scolaire, nous sommes allés à la rencontre des parents de certaines écoles du Plessis pour rappeler les grandes actions du gouvernement en faveur de l’éducation et nos engagements pour que l’éducation devienne aussi (et enfin) une priorité au Plessis-Robinson.

Les médias préférant parler des trains qui n’arrivent pas à l’heure, nous avons voulu faire connaître les nombreuses mesures prises par le gouvernement en faveur de l’éducation. Si la mesure emblématique actuelle est celle des rythmes scolaires, dont l’objectif est de raccourcir les journées à l’école et permettre des activités péri-scolaires, il faut surtout souligner pour l’heure les efforts budgétaires conséquents se traduisant entre autres par :

  • 10 000 postes supplémentaires dès cette rentrée ;
  • la titularisation de 28 000 Emplois Vie Scolaire (emplois de l’Éducation Nationale en soutien des activités éducatives et péri-éducatives) ;
  • des mécanismes divers d’aides aux étudiants, dont la revalorisation des bourses scolaires.

Du côté du Plessis, la municipalité rame pour tenter de rattraper un retard dû uniquement à son imprévoyance et insouciance (voire sa défiance à l’égard de l’Éducation Nationale). Mais vu les méthodes mises en œuvre, consistant essentiellement à rénover à moindre coût, en réduisant la surface des écoles pour la revendre aux promoteurs immobiliers, la situation n’est pas près de s’améliorer. Le cas de l’école Jolliot-Curie en est le symptôme : faire, défaire et refaire, c’est toujours travailler ? La situation de François Peatrick, elle, traîne en longueur malgré les promesses de longue date. Plus l’école se dégradera, plus les parents seront enclins à accepter les solutions radicales (vente d’une grande partie du terrain).

Pour ce qui est des rythmes scolaires, le prétexte est trop beau et le maire a d’ores et déjà prévenu : leur aménagement sera réalisé par une augmentation des impôts locaux.

Notre ambition est tout autre :

Repenser la place des jeunes et construire un pacte éducatif avec les parents, les éducateurs, les jeunes, les associations.

  • Engager enfin un programme de rénovation de François Peatrick (en particulier)en permettant aux enfants d’apprendre dans les meilleures conditions tout en en profitant pour ajouter un équipement de quartier.
  • Proposer une solution pour le lycée (elle existe déjà).
  • Améliorer et contrôler la qualité des repas, laissée actuellement aux bons soins des sociétés de prestation (et de leurs actionnaires) et rechercher des solutions permettant d’en réduire les coûts, comme le passage à une cuisine municipale.
  • Mettre en place la réforme des rythmes scolaires sans augmentation des impôts, déjà parmi les plus hauts du département des Hauts-de-Seine.

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste