Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribunes 2013 » Tribune de l’opposition d’octobre 2013


mardi 1er octobre 2013
Tribune de l’opposition d’octobre 2013

— Aménagement de l’avenue Charles de Gaulle

L’aménagement en cours de la principale avenue de notre ville pose un certain nombre de questions auxquelles nous n’avons eu que des réponses partielles. Il en est ainsi du changement de sens du fonctionnement du parking sous le marché. Force est de constater que nous avions un peu raison, il y a quelques années, d’indiquer qu’il y avait de nombreuses incohérences. Le maire en a aujourd’hui tenu compte même si tout n’est pas réglé. Nous avons d’ailleurs déjà observé que des problèmes subsistent et que les policiers municipaux semblaient un peu débordés.

Le maire nous avait par ailleurs indiqué lors d’un débat au conseil municipal que les travaux en cours s’accompagneraient de la mise en place d’un stationnement payant dans les rues riveraines du marché. Qu’en est-il ? La municipalité attend-elle que les élections municipales de mars prochain soient passées pour annoncer la bonne nouvelle aux Robinsonnais ?

L’avenue Charles de Gaulle est par ailleurs une voie très rapide et bon nombre d’automobilistes franchissent allègrement la vitesse autorisée. Avec la proximité notamment de nombreux équipements scolaires sur sa longueur, le marché 3 fois par semaine, quels dispositifs ont été imaginés pour répondre à la légitime question de la sécurité des habitants ?

Enfin le maire a décidé (nous détenions le triste record d’être quasiment la dernière commune du département) d’autoriser l’installation du système AUTOLIB sur notre commune. Toujours en rapport avec l’aménagement de l’avenue, il semble que les installations pour l’arrivée d’AUTOLIB n’aient pas été prévues. Il ne s’agit pas de se lancer dans de grandes réflexions sur le développement durable, il faut agir sur le terrain. Gageons que cette imprévision nous vaudra sinon de casser partiellement ce qui se termine, du moins de la prévoir ailleurs dans des rues où le stationnement est déjà un énorme problème. Gérer c’est prévoir !

Nous ne manquerons pas d’interpeller le maire lors de la prochaine réunion du conseil municipal sur toutes ces questions.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste