Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Tribune de l’opposition de février 2014


dimanche 2 février 2014
Tribune de l’opposition de février 2014

— La saga du marché du Plessis Robinson

Nous, élus de l’opposition, réclamons depuis 25 ans que les choix budgétaires soient faits dans l’intérêt des Robinsonnais ; la majorité préfère ignorer nos mises en garde, c’est sa responsabilité.

Alors que la première phase du PPP   (Partenariat Public-Privé) s’achève, la majorité répète inlassablement que, bien sûr, on ne peut pas connaitre l’avenir mais que jusqu’ici tout va bien. Et pourtant, Le Plessis-Robinson a déjà pratiqué ce type de « partenariat » et aurait pu en tirer quelques enseignements.

Quand le partenaire investit, la ville paye le prix fort…

PNG - 10.8 ko
Source : Contrat SOPRANO –Avenant n°6 – 19/06/10

En 2005, la ville avait ainsi choisi de confier la conception de la halle du marché et de son parking en échange d’un loyer sur 25 ans à la société SOPRANO (filiale d’EIFFAGE). Le coût des équipements à la charge de la société était de 7,8 M€ pour la halle et de 4,4 M€ pour le parking

SOPRANO a pris un crédit (que la ville a garanti), intégré ses frais, ajouté sa marge… Compte tenu des loyers négociés, au final, la ville déboursera plus de 19 M€ pour la halle et presque 9,5 M€ pour le parking… soit entre deux et trois fois le prix des investissements initiaux…

Quand le partenaire exploite, la ville paye encore plus…

La ville a ensuite délégué l’exploitation du parking à Q-Park et l’exploitation de la halle à MANDON en promettant aux deux sociétés une subvention d’exploitation leur permettant de payer le loyer à SOPRANO.

PNG - 10.3 ko
Source : Contrat MANDON –Avenant n°7 – 19/06/10

Jusqu’en 2005, la société MANDON exploitait déjà le marché et dégageait une rentabilité très confortable sans que cela coûte un euro à la ville…

Avec cette nouvelle halle voulue par la majorité en 2006 et le montage évoqué, MANDON a négocié un contrat où la subvention versée augmente plus vite que le loyer déjà exorbitant. La ville devra verser à terme plus d’un million d’euros par an rien que pour la halle.

Ainsi, sur la période 2012-2024, nos impôts, payeront, en plus du loyer, plus de 1,2 M€ versés à la société MANDON !

Les mauvais choix d’hier ont des effets importants sur les budgets d’aujourd’hui…

À titre d’exemple, la ville a ainsi versé en 2012 : 737 000 € à MANDON pour le marché et 562 000 € à Q-Parc pour le parking… soit 1,3 M€ payés par les impôts des Robinsonnais pour notre « cher » marché… Dans les autres villes, le marché rapporte à la collectivité ; au Plessis, il coûte…

Les partenariats au Plessis garantissent surtout de bonnes marges aux partenaires !

Pour le parking du cœur de ville, il n’y a pas de loyer mais quand même un « partenaire » bien loti …

En 2000, la ville a délégué la gestion du parking Cœur de Ville à Q-Park également… Ce dernier dégage en 2012 un bénéfice avant impôt de 100 000 € ce qui, pour un « chiffre d’affaire » de 490 000 €, garantit une rentabilité supérieure à 20%.

PNG - 13.7 ko
Source : Rapport d’activité du parking - 2012

Belle réussite, mais d’où viennent donc les recettes ?

  • Pour 65 000 € de places réservées par la ville,
  • Pour près de 68 000 € de compensations offertes par la ville pour la gratuité de la première heure « offerte » aux usagers,
  • Pour 178 000 € de la subvention de fonctionnement portée par la ville.

Ainsi la ville apporte 311 000 € de recettes à une société qui dégage 100 000 € de bénéfices… et encore, la dite société arrive à amortir le parking, se payer de confortables frais généraux et souhaite renégocier à la hausse la compensation de la ville pour la « gratuité » de la première heure de stationnement…

La mairie continue sa gestion hasardeuse avec le PPP  

Ces quelques exemples montrent que la majorité ne débute pas dans les « partenariats » avec le secteur privé mais elle préfère miser plus gros encore et lancer le premier PPP   voirie de France à 52 M€. Forte des expériences évoquées, elle n’a pas cherché à comprendre pourquoi tant de villes se sont refusées à suivre cette voie…

Nous, élus de l’opposition, réclamons depuis 25 ans que les choix budgétaires soient faits dans l’intérêt des Robinsonnais ; la majorité préfère ignorer nos mises en garde, c’est sa responsabilité.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste