Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Nos propositions 2014 » Une ville face aux enjeux économiques


dimanche 23 mars 2014
Une ville face aux enjeux économiques

Budget : revenir à l’équilibre et répondre aux enjeux

Ce n’est plus un secret : les finances de la ville se dégradent rapidement. Pourtant, les impôts locaux sont parmi les plus élevés du département. Mais en y regardant de plus près, des marges de manoeuvre existent. Comment expliquer par exemple que les dépenses de fonctionnement par habitant soient 50 % plus élevées au Plessis-Robinson qu’à Clamart (d’après les comptes administratifs 2012 des deux communes) ? L’avenir se construira en consommant nos ressources plus judicieusement, que ce soit en fonctionnement ou dans les choix de nos investissements. Nous nous engageons à :

  • Réduire progressivement, à service rendu égal, les coûts de fonctionnement et pour cela limiter les recours coûteux aux prestataires extérieurs ; réévaluer le montant des subventions des différentes associations en regard de leurs résultats/actions ; évaluer l’efficience de la vidéosurveillance actuellement installée, avant toute extension, pour vérifier si les sommes versées ne seraient pas avantageusement investies dans une présence humaine plus importante et/ou par une politique de prévention ; revoir les budgets des activités moins prioritaires, en particulier pour le fleurissement non durable et la communication.
  • Revoir les partenariats de la ville
    • Renégocier les partenariats de la halle et du parking du marché en vue de réaliser des économies substantielles !
    • Auditer le fonctionnement du PPP  -Voirie et son coût pour la ville et analyser la capacité d’en sortir si cela devient nécessaire suite à une défaillance du prestataire.
    • Réviser la concession du marché qui doit redevenir une source de revenu au lieu d’être une charge pour la ville.
  • Stabiliser la dette et revoir les priorités en matière d’investissement
    Nous solderons les préemptions, notamment sur NOVEOS   mais aussi celles qui, réparties dans la ville, ne correspondent à aucun projet urbain officiellement accepté par les Robinsonnais. Pour construire des logements étudiants, nous vendrons une partie du terrain de la côte Sainte-Catherine et proposerons l’autre partie pour la construction du lycée, évitant ainsi la restructuration du Parc Technologique.
  • Baisser de 7% la taxe d’habitation
    Faire passer le taux de 13,79 % à 12,79 % permet de baisser de 7% la taxe d‘habitation. La perte de recettes de 500 000€ sera comblée par des économies sur les dépenses (voir plus haut).
  • Faciliter la transition énergétique en menant dès que possible l’étude de la rentabilité d’une isolation accrue des bâtiments publics en vue de diminuer les dépenses d’énergie.
« Nous voulons une gestion raisonnable des deniers publics qui remette nos finances à l’équilibre et nous permette de faire les investissements que les Robinsonnais estiment nécessaires. »
Quatre pages à télécharger
Post-scriptum :

Une spécialité du maire sortant : les contrats de très long terme

Halle du marché : 30 ans - Parkings : 30 ans - PPP Voirie : 20 ans - Racing-92 : 50 ans.

Petit à petit, le Plessis-Robinson perd la maitrise de son avenir et les conditions financières deviennent très défavorables.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste