Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Finances » La dette du Plessis-Robinson continue à augmenter vite, (...)


vendredi 13 février 2015
La dette du Plessis-Robinson continue à augmenter vite, très vite...
Le journal du Net nous le rappelle.

Nous avions dénoncé le risque d’augmentation rapide de la dette avant les élections municipales de mars 2014. « Stabiliser la dette » faisait d’ailleurs partie des priorités de notre programme pour ces élections. Les chiffres de la dette en fin d’année 2013 (connus après les élections) confirment bien cette tendance.

Une fois réélu, le maire a eu un discours très rassurant pour les Robinsonnais sur la dette au cours des conseils municipaux consacrés aux budgets en affirmant que « l’endettement de la commune reste en réalité très limité par rapport aux autres communes ».

Malheureusement les chiffres sont têtus !

Le Journal du Net (JDN) s’intéresse aux finances publiques et plus particulièrement aux villes les plus endettées de France. Nous avions repris leurs chiffres 2012 dans un article précédent.

Il donne en particulier la liste des villes de plus de 20 000 habitants, où la dette par habitant a le plus augmenté entre 2000 et 2013 : notre commune est 14e dans cette liste, avec une multiplication de la dette par 3,6 entre 2000 et 2013.

Voici deux nouvelles courbes du JDN pour 2013 [1].

Evolution de la dette du Plessis-Robinson

PNG - 46.3 ko

La dette du Plessis-Robinson au 31 décembre 2013 atteint 60,6 millions d’euros, soit 2141 € par habitant.

La courbe présentée par le JDN montre bien que la tendance n’est pas nationale : si la moyenne nationale augmente légèrement, cela n’a rien à voir avec l’emballement de la dette de notre commune.

La tendance n’est pas non plus départementale. La moyenne de la dette des communes des Hauts-de-Seine augmente légèrement de 2008 à 2013 (+ 1,8%). Mais la dette du Plessis-Robinson passe de 797 € à 2172 €, soit une multiplication de la dette par 2,7 entre 2008 et 2013.

Dette en euros par habitant 2008 2013 Évolution
Moyenne de la dette des communes 1464 € 1491 € +1,8%
Dette du Plessis-Robinson 797 € 2172 € +170%

Le PPP   alourdit beaucoup l’endettement

Ce chiffre de 60,6 M€ [2] est nettement supérieur à celui annoncé par le maire dans les comptes administratifs 2013. Dans ce document, le maire se limite aux dettes contractés par emprunt (39 M€).

Mais l’endettement peut prendre des formes dissimulées ; c’est ainsi que la commune a conclu un Partenariat Public-Privé (PPP  ) sur la voirie. L’endettement est alors pris par l’entreprise et la commune lui paye un loyer pendant de nombreuses années (30 ans), mais on ne voit rien dans les comptes de la commune.

Face à la multiplication de ces PPP  , les ratios d’endettement des communes publiés par le ministère de l’économie et des finances intègrent maintenant la part des loyers d’investissement restant à payer pour les PPP   et les BEA   [3].

Rappelons que, fin 2013, pour le seul PPP  -Voirie du Plessis Robinson, l’investissement restant à verser au contractant pour la durée restante du PPP   était de 35 millions d’euros !

Sommes-nous au bout de nos surprises ? De combien va encore augmenter la dette en 2015 ? Les Robinsonnais ont le droit de savoir !

Capacité de désendettement du Plessis-Robinson

PNG - 40.5 ko

La capacité de désendettement bondit à 9,9 années : ceci veut dire que pour annuler la dette, il faudrait que, pendant 10 ans, l’excédent dégagé par le budget de fonctionnement soit entièrement consacré au désendettement sans aucun nouvel investissement.

Rappelons que cette capacité d’endettement mesure la santé financière de la commune. La zone dangereuse commence autour de 11 - 12 années.

notes :

[1On pourra consulter l’ensemble du dossier du Plessis-Robinson sur le site du JDN.

[2On peut retrouver ce chiffre sur le « Portail de l’État au service des collectivités » : http://www.collectivites-locales.gouv.fr

[3Contrats de partenariat public/privé et baux emphytéotiques administratifs - Question écrite de M. Michel Savin et réponse du Ministère.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste