Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Les problèmes budgétaires de la commune


dimanche 31 mai 2015
Les problèmes budgétaires de la commune

— Dette = hausse des impôts
— La double peine
— Le théâtre du Coteau condamné

Dette = hausse des impôts

Qui disait que la dette de notre commune était de 47,2 M€ au conseil municipal de mars 2015 et reconnaissait une dette de 69 M€ en mai ? La majorité !

Non, M. le maire, nos chiffres (73 M€ de dettes) ne sont ni faux ni fantaisistes : ils sont fournis par vos services !

La baisse des dotations de l’État, c’est 0,9 M€ ; la hausse des recettes fiscales, c’est 2,4 M€. L’État est un bouc émissaire facile !

Pour boucler le budget, la majorité municipale a des difficultés qui vont bien au-delà de la baisse de la dotation de l’État. Elles résultent de sa mauvaise gestion antérieure et de ses décisions contestables : un ruineux Pôle culturel, un PPP   qui empêche l’étalement des dépenses de voirie, des investissements spéculatifs pour sa ZAC NOVEOS  , des partenariats dispendieux…

La double peine

Les quatre pages consacrées au budget dans le dernier Petit-Robinson confirment notre diagnostic. Pour faire face à ses dettes, « rassurer les partenaires financiers » et continuer à emprunter, la majorité a décidé d’augmenter le taux des impôts communaux de 7,4 % (moyenne nationale avec inflation : 1,6 %).

Elle a pris en outre des décisions contre le pouvoir d’achat des familles : suppression de l’aide pour les classes vertes ; baisses des subventions aux associations ; forte augmentation des tarifs communaux en septembre 2014 ; TAP payants ; baisse du nombre de séjours d’été pour les enfants…

Nous demandons au maire une politique budgétaire au profit des Robinsonnais-es !

Le théâtre du Coteau condamné

S’il n’y a pas de petites économies, il y a de mauvaises économies. Le théâtre du Coteau est un équipement de quartier familial et au succès confirmé. Il attire à lui de nombreuses troupes de théâtre qui ne pourront se produire dans un pôle surdimensionné.

Ce théâtre vit d’une subvention de 200 000 € (0,4 % du budget de fonctionnement de la commune) versée par la CAHB   que le maire veut rediriger vers son Pôle culturel. Cette somme n’est pas négligeable mais l’affecter pour participer à la vie culturelle et à la vie de quartier est important et possible.

En faisant le choix d’un Pôle cher et centralisé, le maire a fait un choix politique aux dépens de la vie de quartier, du lien social et de la culture populaire !

Nous demandons au maire de pérenniser le théâtre du Coteau !

Vos élus de l’opposition :

Jean-François PAPOT, Béatrice MAUBRAS, Christophe LEROY, Catherine FAGUETTE DIDI

(Contenu de la tribune de l’opposition du mois de juin 2015)


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste