Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Dans notre ville » Citoyens en colère : une nouvelle hausse des tarifs pour (...)


dimanche 2 août 2015
Citoyens en colère : une nouvelle hausse des tarifs pour septembre 2015
18 mois après les élections : + 10 % d’impôts et deux augmentations de tarifs !

En toute discrétion, le maire du Plessis-Robinson a décidé de nouvelles augmentations du tarif d’activités municipales que les Robinsonnais découvriront en septembre 2015. Alors que le budget de fonctionnement est largement excédentaire, les problèmes financiers de la commune ne sont liés qu’à sa politique d’investissement et à l’explosion de sa dette. Le maire multiplie, depuis sa réélection de 2014, les attaques contre le pouvoir d’achat de ses administrés et surjoue sa colère contre le gouvernement pour dissimuler les conséquences de ses erreurs de stratégie.

En 2014, malgré 8 M€ d’excédent de fonctionnement, le maire augmente les tarifs municipaux

La commune du Plessis-Robinson a dégagé en 2014, malgré la baisse des dotations et le coût de la réforme des rythmes scolaires si décriés par le maire, une épargne brute de 8,1 M€. Autrement dit, les recettes de la ville (impôts, participation des familles aux activités municipales, dotations...) ont dépassé de plus de 8 M€ ses dépenses (salaires, subventions, charges, activités municipales, intérêts de la dette ...).

Malgré cette situation excédentaire qui démontre que les Robinsonnais sont déjà fortement sollicités en regard des services qu’ils payent (au travers de l’impôt ou du paiement des activités municipales), le maire a procédé en septembre 2014 à de très fortes augmentations des activités municipales et à la suppression de certaines remises pour les activités périscolaires (4e mercredi pour les centres de loisir, 5e jour par semaine de vacances…) …

En avril 2015, le maire augmente les impôts de 10 %

Malgré cette situation excédentaire en 2014, le maire a décidé d’augmenter en avril 2015 le taux des impôts locaux de 7,4 %, ce qui compte tenu de l’augmentation des bases, représente pour les Robinsonnais une augmentation d’impôts de près de 10 % !

Cette augmentation d’impôts, trois fois supérieure en euros à la baisse des dotations de l’état, permet à la commune en 2015 de maintenir une épargne brute voisine de 8 M€ et même de prévoir une réserve de 1 M€ dans les dépenses de fonctionnement sans en définir l’usage !

En juin 2015, le maire augmente encore les tarifs municipaux

Malgré cela, le maire a décidé, en toute discrétion, en juin 2015 d’augmenter encore certains tarifs d’activités municipales de Septembre 2015 : + 3 % pour les cantines et pour les activités périscolaires ; + 20 % pour nombre d’activités sportives ou culturelles.

Ces augmentations ne sont destinées qu’à couvrir les choix et les gabegies du maire

Si les recettes sont largement supérieures aux dépenses en 2014 comme en 2015, le maire a emprunté sans compter pour payer le Pôle, le PPP  , les terrains... Il a ainsi multiplié par 4 la dette en à peine plus d’un mandat. Cette dette, qui était de 17 M€ en 2008 atteint aujourd’hui officiellement plus de 73 M€ et va encore augmenter de plus de 10 M€ en 2015 !

Tous les ans, la commune doit rembourser toujours plus alors que la majeure partie du pôle reste à payer et que la réhabilitation des écoles Joliot-Curie (10 M€) ou François-Peatrik (22 M€) devient urgente : ce sont ainsi plusieurs dizaines de millions qui doivent encore être empruntées alors que la dette est déjà plus que préoccupante.

Alors, pour rassurer les financiers, le maire a refusé les solutions proposées par les élus de l’opposition et préféré augmenter les impôts et par deux fois le tarif des activités municipales en 18 mois. N’assumant pas ses décisions, le maire préfère accuser l’état d’une situation dont il est pourtant seul comptable !

18 mois après sa réélection, le bilan est sévère… pour les Robinsonnais

Depuis avril 2014, le maire a ainsi augmenté les impôts de 10 % et les tarifs de : 30 % pour la Danse ; 22 % pour le dessin et la poterie ; entre 30 % et 150 % pour la musique ! Le périscolaire n’est pas épargné puisque les tarifs ont, depuis cette date, augmenté de plus de 7 % pour les cantines (malgré le changement de mode d’exploitation dont le but était de réduire le coût pour la commune ) ; 18 % pour les études surveillées et, pour illustrer l’effet de la fin des gratuités, de plus de 32 % pour la semaine de centre de loisirs. Les classes de découvertes ont été supprimées alors que le théâtre du Coteau n’existera bientôt plus...

Nous demandons au maire et à sa majorité de revenir à la raison budgétaire, de mettre fin aux gabegies, de repenser ses priorités d’investissement. Le budget de la commune doit être au service des Robinsonnais, pas l’inverse !


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste