Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Finances » La folie des grandeurs alourdit toujours plus la dette (...)


mardi 27 octobre 2015
La folie des grandeurs alourdit toujours plus la dette de la commune

La dette du Plessis-Robinson au 31 décembre 2014 atteint 79 millions d’euros, soit une augmentation de 19 M€ en un an.

Avant même les élections municipales de mars 2014, nous avions dénoncé le risque d’augmentation rapide de la dette. « Stabiliser la dette » faisait d’ailleurs partie des priorités de notre programme pour ces élections. Les chiffres de la dette en fin d’année 2013 connus juste après les élections municipales ont confirmé cette tendance (La dette du Plessis-Robinson continue à augmenter vite, très vite....)

PNG - 30.9 ko

Les chiffres de 2014 viennent d’être publiées sur le « portail de l’État au service des collectivités ». Rappelons que les indications données par le maire en conseil municipal (et aussi dans le Petit Robinson) sont incomplètes et ne permettent pas aux Robinsonnais de connaitre la situation exacte des finances de la ville. Il nous faut malheureusement attendre la publication par l’État des chiffres que la mairie transmet au préfet.

Évolution de la dette du Plessis-Robinson

La dette du Plessis-Robinson au 31 décembre 2014 atteint 79 millions d’euros, soit une augmentation de 19 M€ en un an. Cet accroissement est lié au pôle culturel, à des acquisitions NOVEOS   et à la dernière tranche de investissements dans le cadre du PPP  -voirie.

La dette représente 2806 € par habitant. Ouille ! Le nouveau mandat commence vraiment très, très mal !

Dette en euros par habitant 2008 2013 Évolution
2008-2013
2014 Évolution
2013-2014
Moyenne de la dette des communes
des Hauts-de-Seine
1 464 € 1 491 € + 1,8 % 1 492 € 0 %
Dette du Plessis-Robinson 797 € 2 172 € + 170% 2 806 € + 29%

La dette du Plessis-Robinson a donc été multipliée par 3,5 entre 2008 et 2014.

Mais il ne faut pas oublier l’endettement de notre communauté d’agglomération qui s’élève à 445 € par habitant, ce qui amène la dette par Robinsonnais à 3 251 €.

Le coût annuel de la dette

La dette provoque pour la commune une dépense supplémentaire qui pèse sur son budget : c’est l’annuité de la dette  . Il faut en effet payer les intérêts des emprunts et rembourser la fraction des emprunts qui vient à échéance. C’est ce qui amène le maire à diminuer les dépenses sociales pour endiguer ce coût de la dette.

Entre 2013 et 2014, l’annuité est passé de 189 € à 215 € par habitant, soit une augmentation de 26 €, c’est-à-dire de 14 %.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste