Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Enquête publique de révision du PLU


lundi 28 septembre 2015
Enquête publique de révision du PLU
Tribune d’octobre 2015

L’enquête publique de révision du PLU   a débuté le 21 septembre. Elle ne durera qu’un mois (jusqu’au 23 octobre) !
— Un projet disproportionné
— De belles expressions masquent la vérité
— Le maire veut-il un nouveau lycée ?
— Modification discrète, impacts majeurs
— Aucun propriétaire n’est à l’abri

Exprimez-vous maintenant, demain il sera trop tard !

Un projet disproportionné

Ce PLU   donne au maire les moyens de sa démesure pour faire passer notre ville de 30 à 45 000 habitants. Les équipements publics (crèches, écoles …) pourront, peut être, au prix d’efforts financiers conséquents, être adaptés aux besoins d’une telle population mais qu’en sera t’il de nos transports et plus globalement de notre cadre de vie ?

Le maire, même s’il tente de faire sans succès peser la responsabilité sur la Région, le reconnait d’ailleurs : les infrastructures de transports devraient précéder l’arrivée de nouveaux logements.

Mais il n’a pas le temps d’attendre : il lui faut rentabiliser les terrains achetés sur NOVEOS  , il veut faire baisser le taux de logements sociaux et enfin… devenir le maire d’une grande ville.

De belles expressions masquent la vérité

Les objectifs de ce PLU   sont volontairement trompeurs :

  • Ainsi, lorsque le maire dit vouloir « Poursuivre l’amélioration du cadre de vie », il faut entendre : poursuivre la densification d’abord sur le secteur Ledoux (sans trop savoir ce que deviendra le collège) puis au-delà du marché ; construire une nouvelle ZAC sur le secteur NOVEOS  , en délogeant les entreprises industrielles ou logistiques ; poursuivre l’extension de nouveaux immeubles autour du secteur Colbert, autoriser des immeubles de grandes hauteurs en lisière du secteur du hameau ou autour du marché…
  • « Affirmer la mixité » ne consiste qu’à faire baisser la part du logement social à l’échelle de la ville en construisant toujours plus de logements de standing. Son projet ne favorise d’ailleurs pas plus l’implantation d’entreprises dans les quartiers existants qui permettraient pourtant de donner des clients à nos petits commerces.
  • « Moderniser l’activité économique » ne signifie pas encourager la rénovation du bâti tertiaire ou industriel mais seulement détruire l’activité économique qu’il juge insuffisamment noble.
  • « Poursuivre les actions de développement durable » se limite à exprimer des banalités ou des actions engagées par d’autres. Comment ne pas mettre en perspective la volonté affichée de développement des pistes cyclables et le bilan médiocre de la ville en ce domaine depuis 25 ans ?

Le maire veut-il un nouveau lycée ?

Cette révision du PLU   bouge (encore) l’emplacement du nouveau lycée pour la 2e fois en 3 ans ! Le maire, si prompt à critiquer la Région, ne donnera-t-il jamais à cet équipement la stabilité nécessaire pour le construire ?

Modification discrète, impacts majeurs

Si l’impact sur le cadre de vie général des Robinsonnais de cette révision du PLU   est indéniable, elle procède, plus discrètement, à de nombreuses modifications plus locales mais dont les conséquences sur les riverains seront majeures. Une légère extension de la zone UBa n’avait-elle pas permis en 2013 de transformer le carrefour Croland dont chacun commence aujourd’hui à percevoir les conséquences sur le quartier ?

L’expérience montre que derrière chaque modification même, et surtout, discrète se cache souvent une opération immobilière avec son lot d’impacts sur les transports, le stationnement, l’ensoleillement…

Aucun propriétaire n’est à l’abri

Le maire s’attaque maintenant aux copropriétés existantes en profitant des réhabilitations pour imposer ses goûts, comme il l’a récemment fait dans une copropriété du Pierrier… et bien évidemment, son goût a un impact sur le coût des travaux. Le PLU   imposera maintenant à chaque copropriété avoisinante de se plier à ce nouvel esthétisme au nom de l’homogénéité des façades ! L’addition en sera d’autant plus salée.

Exprimez-vous maintenant, demain il sera trop tard !

Cette révision de PLU   est radicale.

Chaque Robinsonnais est concerné tant dans son cadre de vie que dans sa perception de la ville.

Le maire, toujours si prompt à vendre sa fausse colère contre l’Etat, n’est jamais venu, malgré nos demandes, expliquer son projet dans les différents quartiers.

Pourtant chacun a le droit de comprendre, de juger et de commenter les choix et les impacts de cette révision du PLU  . Qu’avait-il donc à cacher ? Vous ne pourrez le découvrir qu’en lisant par vous-même les éléments concernant votre quartier.

L’enquête publique ne dure qu’un mois. C’est le dernier moment pour participer au devenir de votre quartier. N’hésitez pas à nous solliciter ou à aller à la rencontre du commissaire enquêteur pour lui faire part de vos remarques. Pour le maire, votre silence, fusse-t-il lié à la complexité technique des documents, vaut pour approbation.

Etant donné l’opacité de ces documents, nous, élus de l’opposition, sommes à votre disposition pour vous apporter des informations complémentaires.

Vos élus de l’opposition :
Jean-François PAPOT, Béatrice MAUBRAS, Christophe LEROY, Catherine FAGUETTE

Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste