Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » L’avenir du quartier Ledoux


vendredi 29 janvier 2016
L’avenir du quartier Ledoux
Une densification à outrance

Deux chiffres pour éclairer le projet du maire :

  • 486 habitations à loyer modéré (HLM), pourtant réhabilités récemment, seront démolies et remplacées par du logement intermédiaire !
  • 261 logements à l’hectare à comparer aux 89 logements à l’hectare pour la ZAC Cité Jardin !

Lors du dernier conseil municipal, nous avons eu connaissance du contenu du projet municipal appelé « OAP   Ledoux ». Ce projet a trois objectifs :

  • Démolir le parc ancien des HLM à bas loyer (pourtant réhabilités récemment) pour le remplacer par des logements aidés,
  • Diminuer la part du logement social sur notre commune,
  • Densifier davantage pour augmenter la population.

À cet effet, 486 habitations à loyer modéré (HLM) seront démolies et remplacées par du logement intermédiaire.

La première conséquence sera la multiplication par trois du loyer au m² pour les locataires actuels. De ce fait, les habitants actuels ne pourront pas se reloger dans ce périmètre. La politique spéculative du maire augmentera les inégalités spatiales de notre territoire en relogeant et en concentrant les plus modestes dans les quelques quartiers populaires restants de notre commune… s’il en reste !

Le maire, dans l’espoir faux et fou de renflouer les caisses de la ville, compte ajouter 1 200 logements privés sur ce secteur de 6,5 ha. Il passera ainsi de 486 à 1 700 logements (de 1 120 à 3 910 habitants) soit une population multipliée par 3,5.

En définitive, l’OAP   Ledoux, comptera 261 logements à l’hectare contre 89 pour la ZAC « Cité Jardin », (1 600 logements et 18 ha) c’est-à-dire une densité trois fois plus élevée.

P. PEMEZEC ne tire aucun enseignement des conséquences négatives de sa politique de densification et d’accroissement rapide de la population.

Pourtant les problèmes sont déjà présents : problèmes de circulation, problèmes de stationnement, nécessité (et coûts) d’extension de nos écoles …

Pour toutes ces raisons économiques, sociales et environnementales, nous combattons ce projet qui, en plus, va à l’encontre des besoins des familles du quartier.

Vos élus de l’opposition : Jean-François PAPOT, Béatrice MAUBRAS, Christophe LEROY, Catherine BAGUETTE DIDI.

(Extrait de la Tribune de l’opposition de février 2016)


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste