Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Révision de PLU et après ?


mercredi 24 février 2016
Révision de PLU et après ?

Le nouveau PLU   du Plessis-Robinson entre en vigueur et les Robinsonnais-es vont dans les mois à venir en constater l’impact sur leur quotidien.

  1. Malgré les récentes rénovations et l’implantation du réseau de chaleur issue de la géothermie, les habitants du secteur Ledoux, seront « invités » à déménager avec l’espoir, un jour, de revenir en conservant le loyer modéré qui est le leur aujourd’hui… si le maire ne revient pas sur sa décision de reconstruire les logements sociaux détruits.
  2. Les riverains du Hameau sont soumis actuellement à de multiples pressions pour vendre à vil prix leurs propriétés qui constituent parfois les économies d’une vie alors que la majorité municipale avait sacralisé les secteurs pavillonnaires dans les intentions du PLU   comme dans son programme électoral.
  3. Les habitants du secteur Colbert sont condamnés à perdre non seulement l’ « esprit village » qui animait leur quartier mais, connaissant déjà la hauteur et la superficie du futur projet, ils savent qu’il est en contradiction totale avec les promesses faites à l’aube des dernières municipales.
  4. Les habitants du Pierrier cherchent encore le « grand projet » qui a justifié les servitudes et l’emplacement réservé au centre du quartier entre le gymnase, le théâtre, l’école et le parking tout en se demandant si chaque rénovation ne virera pas au combat avec les services de l’urbanisme désireux d’imposer des façades d’apparat garnies d’oeils de boeuf et de fausses moulures même si cela dénature le quartier et coûte plus cher aux copropriétaires.
  5. Pour les habitants de tous les quartiers, de nombreuses opérations immobilières sont désormais possibles alors que les conséquences sur le transport, la vue, la quiétude n’ont pas été anticipées,
  6. Les riverains de tous ces quartiers redécouvriront les difficultés liées aux travaux, au bruit, à la poussière, aux bouchons… que l’ampleur du chantier à ciel ouvert sur toute notre commune rendra insupportable.

Et puis, il y aura, à terme, les 4 500 logements prévus sur NOVEOS   et qui justifient en partie, aux yeux de la majorité municipale, l’explosion de notre dette communale pour racheter des parcelles aux entreprises privées du secteur.

Ce projet représente l’intégration au sein de notre ville de plus de logements, de plus d’habitants et de plus de voitures que l’ensemble des projets lancés depuis 26 ans (y compris le secteur Ledoux) !

En Île-de-France, un tel projet a quelques équivalents mais toujours autour d’une gare du Grand Paris et/ou de métro. Ici, nous avons une ligne de tramway et un projet de ligne de tramway qui prendra malheureusement sans doute beaucoup de retard.

Le projet NOVEOS  , c’est quoi finalement ? 110 000 m² d’activités économiques en plus où, bien sûr, tout le monde ne viendra pas en tramway, 4 500 logements habités par des gens qui ne prendront pas que les transports en commun, 11 000 m² de commerces de proximité et même potentiellement un centre commercial de 15 000 m² où chacun ne viendra pas faire ses courses qu’en bus ou à pied.

Ce sont de nouveaux usagers qui emprunteront les mêmes routes, les mêmes services municipaux, les mêmes équipements publics…
La majorité municipale promet une nouvelle école sur ce quartier mais la commune en aura-t-elle les moyens compte tenu de sa dette ? Aujourd’hui, les travaux de l’école Joliot-Curie n’en finissent pas de finir alors que la réhabilitation de l’école François Peatrik, annoncée depuis 2008, n’est toujours pas lancée.

Des questions stratégiques demeurent :

  • Quel projet de ville souhaitons-nous ?
  • Les infrastructures existantes ou projetées sont-elles compatibles avec un tel accroissement de la population ?
  • Pourquoi vouloir une commune de 45 000 habitants ?

Le PLU  , maintenant révisé, n’est pas une obligation de construire mais une possibilité. Rien n’est donc perdu et nous proposons au maire de faire sienne notre proposition de campagne municipale en faisant une pause dans la densification pour :

  • absorber le passage de 20 000 à 30 000 habitants,
  • finaliser les chantiers en cours et les réhabilitations nécessaires,
  • conforter le budget et régler le problème de la dette communale.

Vos élus de l’opposition : Jean-François PAPOT, Béatrice MAUBRAS, Christophe LEROY, Catherine FAGUETTE DIDI

(Extrait de la tribune de l’opposition de mars 2016)


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste