Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Cantine, stationnement payant et cavalerie budgétaire


lundi 2 mai 2016
Cantine, stationnement payant et cavalerie budgétaire

— La cavalerie budgétaire n’est plus en marche… Elle court !
— Un stationnement payant bien discret
— Prix pour les usagers et choix du plat dans les cantines !

La cavalerie budgétaire n’est plus en marche… Elle court !

La majorité a beau se plaindre à longueur d’année des difficultés financières de notre commune, le budget, que nous venons de recevoir à la veille de rédiger cette tribune (10/04), annonce un excédent de fonctionnement de près de 5 M€, fruits des efforts demandés au Robinsonnais.

Cet excédent devrait être prioritairement utilisé pour rembourser les emprunts et faire baisser le stock de dette notre commune maintenant estimée à près de 84 M€.

Ce budget prévoit également la vente de terrains pour près de 20 M€ qui devraient également participer au désendettement de notre commune

Ce sont ainsi près de 25 M€ que la majorité pourrait utiliser pour faire baisser le stock de dette. Pourtant, le budget prévoit de ne la faire baisser qu’à la marge. En effet, si la majorité prévoit de rembourser 6,3 M€ cette année, elle est encore contrainte de lever un nouvel emprunt de 1,3 M€ ! Ainsi, sur 25 M€ qui pourraient être mobilisés, la baisse prévue de la dette ne serait, d’après ce budget, que de 5 M€ !

Que fait donc la majorité des 21 M€ restants ? Sa première action concrète d’avril 2016 est de racheter pour près de 8 M€ de nouvelles parcelles alors que les travaux de l’école Joliot-Curie sont loin d’être finis, que le choix de l’architecte pour la réhabilitation de l’école François-Peatrick n’est même pas encore lancé... bref, que les investissements nécessaires aujourd’hui restent à financer !

Ce budget démontre que la stratégie de la majorité n’est pas la solution aux problèmes budgétaires du Plessis-Robinson : elle en est la cause !

La mobilisation de 20 M€ et les efforts demandés aux Robinsonnais ne permettent que de faire baisser la dette de 5 M€ et encore, rappelons qu’en 2015, la dette a encore augmenté de plus de 4M€ alors que la majorité avait budgété pour près de 8 M€ de cessions pour la faire baisser.

Ce budget démontre que nos alertes étaient fondées : chaque aménagement génère des investissements importants que ne payent ni l’aménageur, ni les nouveaux contribuables, ni les plus values liées à la politique spéculative voulue par la majorité.

Pendant ce temps, les Robinsonnais sont toujours plus sollicités en tant que contribuables (hausse des taux d’impositions de 2015), en tant qu’usagers de services (hausse des tarifs des activités municipales en 2014, en 2015… en attendant peut-être celle de 2016 ?), et maintenant en tant que propriétaires d’une voiture

Un stationnement payant bien discret

Alors que les orientations de la majorité étaient bien peu précises lors du débat d’orientation budgétaire (DOB) du 17 mars, la commune a lancé, en toute discrétion, un appel d’offres pour la mise en place de stationnement payant.

Ni lors du débat d’orientation budgétaire, ni lors d’un quelconque conseil municipal, la majorité n’a évoqué la mise en place d’un stationnement payant. Pourtant, le projet est manifestement avancé :

  • les zones concernées sont définies : cœur de ville, avenue du général de Gaulle et abords du marché ;
  • les plages payantes sont fixées : du lundi au samedi de 9h à 12h30 puis de 14h30 à 19h30 ;
  • la grille tarifaire est définie : 20 centimes les 15 premières minutes, 1 € la première heure et jusqu’à 2,6 € les 2 heures.
    Le cahier des charges précise même qu’il n’y aura pas de tarif résident, ni d’abonnement.

Est-il logique que cette décision soit prise sans annonce, sans concertation et sans débat au conseil municipal et que seule une ligne, perdue au milieu du budget, prévoit une recette de 140 k€ pour la commune ?

C’est pour cela que nous avions qualifié de "pastichipative" la démocratie prétendument participative mise en œuvre par la majorité.

Prix pour les usagers et choix du plat dans les cantines !

Le budget, dont nous prenons connaissance, montre que, sur un coût des repas de cantine de 1,8 M€, la commune prend en charge 120 k€ (le reste étant payé par les usagers). Il va devenir difficile d’augmenter encore les tarifs puisque la loi interdit de facturer plus que le coût du repas. Mais la majorité n’est pas en manque d’imagination !

Usant de l’alibi du développement durable (et du gâchis d’une partie des denrées), elle a voté mi-mars la suppression du « rab » et du choix proposé de deux plats.

La raison réelle ne serait-elle pas d’économiser 4 centimes d’euros sur chaque repas ?

Il est probable que cette économie de bouts de chandelle, dont il n’a pas été dit si elle profitera à la commune ou aux parents, conduira à plus de gâchis puisque les enfants n’auront plus le choix.

Vos élus de l’opposition : Jean-François PAPOT, Béatrice MAUBRAS, Christophe LEROY, Catherine FAGUETTE DIDI
(texte de la Tribune de l’opposition dans le Petit Robinson de mai 2016)


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste