Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Dans notre ville » Un « modeste maire de la banlieue parisienne » fait la (...)


vendredi 24 juin 2016
Un « modeste maire de la banlieue parisienne » fait la Une

Depuis quelques jours, dans la presse de tout bord, de nombreux titres attirent l’attention des lecteurs sur une lettre rendue publique par Anne Hidalgo :

Quelle renommée soudaine pour celui qui avoue n’être qu’un "modeste maire de la banlieue parisienne" [1] et pour sa façon particulière de gérer les relations politiques !

Sa réponse à la lettre d’Anne Hidalgo s’est déroulée en deux temps : dans une première réponse, le maire qualifie la lettre qui dénonce ses propos, d’« exercice dialectique », de « querelles politiciennes stériles » et de « pertes de temps ». L’article de Marianne conclut d’ailleurs :
« Dénoncer le sexisme = perte de temps. C’est noté. »
Le journal ajoute aussi : « Nulle excuse de la part de l’élu, qui voit dans la démarche d’Anne Hidalgo un acte de pure stratégie politique. Et, pour charger un peu plus son cas, le voilà qui la renvoie à son statut de… "femme de". »

Dans un deuxième temps, un communiqué du maire affirme qu’il n’a pas tenu les propos qu’on lui prête.

Ses adversaires politiques connaissent bien ce "modeste" maire et ont déjà fait les frais du caractère grossier de ses invectives à leur égard, notamment en conseil municipal du Plessis-Robinson. Un communiqué de la Fédération PS des Hauts-de-Seine et des élus de l’UDESR 92 rappelle à cette occasion certains épisodes précédents...

Par son retentissement médiatique, cette affaire a le mérite d’élargir le cercle de ceux qui connaissent les difficultés d’entretenir des rapports normaux avec ce maire.

notes :

[1C’est d’ailleurs en toute modestie qu’il a fait construire son palais des arts à plus de 44 millions d’euros !


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste