Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Dans notre ville » Censure, manipulation... Où le maire du Plessis-Robinson (...)


samedi 8 octobre 2016
Censure, manipulation... Où le maire du Plessis-Robinson s’arrêtera-t-il ?

Pire que la censure, le maire du Plessis-Robinson se permet maintenant de modifier, sans le dire, le texte et le format de la tribune de l’opposition !

Nous avons pris connaissance de la tribune de l’opposition d’octobre 2016 dont le maire, en qualité de directeur de la publication, a autorisé la publication dans le dernier Petit Robinson.

Indignation est un terme trop faible pour qualifier la réaction de nos élus face aux manipulations qu’ils constatent :

  • Le premier titre a tout simplement été modifié. Nos élus avaient retenu « Les plus riches sont bien ceux qu’on croit  » et le maire a choisi de reprendre le titre de sa propre tribune du mois de septembre introduisant ainsi une contradiction et laissant croire en première lecture que nos élus et la majorité municipale disaient la même chose alors que précisément nos élus voulaient, dans leur premier sujet, déconstruire les arguments avancés par la majorité municipale. Retrouvez ici la version non modifiée de la tribune.
  • Mais il y a pire ! Le maire a de surcroît modifié la typographie de ce titre. En le faisant figurer en gros et sur toute la largeur de la tribune, le maire et ses services laissent croire que c’est le seul sujet de la tribune.

Cette manipulation minore le second sujet consacré à la loi sur la laïcité qui gênait sans doute plus le maire. Il apparaît ainsi comme un simple « paragraphe » de notre tribune.

Cette suite de modifications ne peut pas être simplement le fruit d’erreurs des services de la collectivité ou de ses sous-traitants. Nos élus prennent d’ailleurs la peine de transmettre le texte de leur tribune dans un double format dont un fichier pdf pour éviter toute ambiguïté.

En tant que directeur de la publication, c’est le maire qui doit répondre de cette censure qui ne dit pas son nom.

Post-scriptum :

Nos élus vont demander des explications au maire et saisir le préfet de cette nouvelle atteinte à leur droit d’expression.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste