Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Finances » Un pôle culturel hors de prix


vendredi 30 décembre 2016
Un pôle culturel hors de prix
Une erreur urbaine, architecturale et financière

C’est à juste titre qu’on reproche au pôle culturel d’être pharaonique. La commune aurait pu le construire en dépensant beaucoup moins. En comparant le pôle culturel avec des réalisations équivalentes dans d’autres communes, nous en arrivons à la conclusion qu’une économie de 20 M€ (40 % du total) était possible. Pour situer l’importance de cette économie, il faut savoir que 20 M€ représentent le coût d’une école de 20 classes et d’une crèche de 66 berceaux.

Le programme du pôle culturel définissait des besoins en termes d’équipements culturels au Plessis-Robinson. Chacun connait la réponse apportée par la municipalité. Qu’en aurait-il été si la majorité municipale avait retenu d’autres priorités ?

Le coût des travaux du pôle culturel s’établit actuellement autour de 30 M€ HT, ce qui correspond à un budget de 45 M€ TTC en incluant les études et la TVA. Constatant une gabegie répétée sur les équipements publics au Plessis-Robinson, nous nous sommes interrogés sur le prix raisonnable qu’il aurait été légitime de payer pour des équipements conçus dans un souci de responsabilité budgétaire, sans pour autant sacrifier une réelle ambition architecturale. La conclusion sans appel est illustrée par la figure ci-dessous.

Pour comprendre ce schéma fort instructif, reprenons le programme du pôle culturel en ses trois parties : une médiathèque, des cinémas et un théâtre - salle de réception.

Le coût raisonnable du programme, point par point

Pour chacune des trois parties du projet, nous avons établi une estimation raisonnable du coût à partir de coûts constatés pour des réalisations comparables mises en œuvre dans d’autres communes. On obtient le décompte ci-dessous.

Une médiathèque de 2400 m² : 7 M€ HT

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

Le coût de construction "attendu" pour une médiathèque de qualité de 2400 m² SHON (1800 m² en SU) est de 7 M€ HT.
Ce prix a été défini en s’appuyant sur plusieurs références récentes, signées pour la plupart par de grands architectes, et récompensées par de grands prix :

Médiathèque de Bourg-la-Reine {JPEG}

Médiathèque François Villon, Bourg-la-Reine

Un cinéma de 700 m² (deux salles, respectivement de 250 et 150 places) : 2 M€ HT

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

Le coût de construction attendu pour un cinéma de 700 m² SHON (deux salles de 250 et 150 places) est de 2 M€ HT.
Ce prix a été défini en s’appuyant sur les statistiques du Centre National du Cinéma à propos des coûts de travaux pour des cinémas (4 000 / 4200 € par place soit 1.6 M€ / 1.7 M€ pour les deux salles attendues) et sur la base de plusieurs références récentes comme :

JPEG

Cinéma Le Bijou, Noisy-le-grand

Un théâtre de 400 places et une salle de réception de 800 m² : 8 M€ HT

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

Le coût d’une construction de qualité pour un théâtre (devenu depuis une salle de spectacle) de 1800 m² avec 400 places et une salle de réception de 800 m² est de 8 M€ HT.
Ce prix a été défini en s’appuyant sur plusieurs références récentes comme :

Théâtre Jean-Claude Carrière, Montpellier {JPEG}

Théâtre JC Carriere, Hérault

Coût total de l’ensemble : 17 M€ HT

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

En définitive, le coût de la construction de ces programmes, envisagés séparément, aurait du être de 17 M€ HT. Cette estimation est à peine en deçà du coût prévu initialement par l’ "économiste" missionné par la ville pour estimer le pôle.

Les chiffres évoqués dans ces comparaisons sont ceux d’équipements séparés. On aurait pu penser que la construction d’un pôle centralisé aurait engendré un facteur d’économie supplémentaire !
Et pourtant, le coût des travaux de la Maison des Arts, tel que défini par la majorité municipale est proche de 30 M€ HT.

Première conclusion : un gaspillage de 13 M€ HT pour les seuls travaux

Le surcoût pour les travaux s’élève donc à 13 M€ HT, ce qui correspond à 19,5 M€ TTC en y ajoutant les taxes et les frais d’études !

Évidemment, cette économie aurait permis de limiter le recours à l’emprunt. Pour la 8e commune (de plus de 20000 habitants) la plus endettée de France par habitant, cette réflexion aurait du être prise en compte par des gestionnaires responsables.

À quoi cet argent gaspillé correspond-il ?

Pour bien faire comprendre l’importance de la somme de 13 M€ HT qui a été gaspillée, nous proposons de déterminer quels équipements publics cette économie aurait permis de construire.

Un groupe scolaire de 20 classes : 11 M€ HT

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

Nous pensons, par exemple, à l’école François-Peatrik. Évidemment, il n’est pas question de prendre comme référence le prix estimé par la majorité municipale (déjà passé de moins de 11 M€ HT de coût travaux à 20 M€ alors que le concours n’est pas fini et avant que les classiques avenants accordés par la majorité municipale ne soient accordés).

Les coûts de construction normaux d’une telle école s’élèvent à 11 M€. Ce prix est défini en s’appuyant sur plusieurs références récentes comme :

Une crèche de 66 berceaux : 2 M€

Cliquez sur la ligne précédente pour en savoir plus

Là aussi, il ne s’agit pas de prendre les prix pratiqués par la majorité municipale dont il a été démontré de nombreuses fois qu’ils étaient sur-évalués d’un facteur 3.

Les coûts de construction normaux d’une telle crèche sont de 2 M€.
Ce prix a été défini en s’appuyant sur des éléments de statistiques évoqués par plusieurs articles dont celui ci et des références récentes comme :

Conclusion : quel gâchis !

Le constat est sans appel.
La volonté de tape-à-l’œil du projet et la complaisance de la majorité municipale envers les avenants des architectes coûtent fort cher aux Robinsonnais qui, en définitive, en assument seuls les conséquences aussi bien en termes d’augmentation des impôts locaux et du coût des services que de retard dans le renouvellement des équipements publics : ces 20 M€ ont été dépensés par la majorité municipale sans apporter de services supplémentaires aux Robinsonnais au détriment de la dette ou d’investissements en faveur des enfants !


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste