Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Et si la majorité appliquait ce qu’elle demande aux (...)


dimanche 11 mars 2018
Et si la majorité appliquait ce qu’elle demande aux autres ?

Fin décembre, le conseil a débattu des recommandations de la ville du Plessis-Robinson pour le Schéma de Cohérence Territoriale de la Métropole du Grand Paris (MGP). Si nous n’avons pas souhaité nous opposer à ces bonnes intentions exprimées par la majorité, nous n’avons pu nous empêcher de dénoncer le double discours :

  • Comment demander à la MGP de développer l’activité économique quand la commune détruit tant d’activités sur NOVEOS   pour ne construire que du logement ?
  • Comment demander de préserver les espaces naturels et paysagers alors que le maire a été un des acteurs principaux de la destruction d’une partie du bois de Verrière pour y installer un atelier de maintenance du futur tramway dans le seul but de ne pas le construire sur un terrain de « sa » commune ?
  • Comment exiger la préservation du tissu pavillonnaire alors que la majorité a démontré à chaque révision du PLU   qu’elle n’y voyait qu’une occasion de jouer au Monopoly ?
  • Comment considérer qu’il faut favoriser les modes de déplacement doux alors que les pistes cyclables du Plessis demeurent dangereuses, non connectées, non sécurisées et que la politique municipale ne va guère plus loin que des communications pré-électorales ?

Nous avons par ailleurs souhaité ajouter un chapitre pour redire l’importance, à l’échelle de la MGP, des services publics de proximité comme la Poste, la Sécurité Sociale, pôle Emploi. Face à des personnes fragiles, âgées ou en difficulté, ces services de proximité restent le dernier rempart d’un lien social indispensable pour ces personnes qui ne sont pas toujours à l’aise avec l’informatisation ou l’industrialisation du service public. Le maire a accepté cette modification, la reprenant d’ailleurs à son compte, et pourtant, en janvier, il annonçait la fermeture du service de l’État-civil le week-end. Le fautif serait selon lui le méchant État… Lui aussi, il a bon dos !

Vos élu-e-s de l’opposition
JF PAPOT, B MAUBRAS,
C LEROY, C FAGUETTE

(Extrait de la Tribune de l’opposition de mars 2018)


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste