Ensemble, donnons un autre avenir au Plessis-Robinson

Accueil » Le Plessis-Robinson » Les tribunes de l’opposition » Quelle démocratie locale au Plessis-Robinson ?


lundi 21 octobre 2019
Quelle démocratie locale au Plessis-Robinson ?
Tribune de l’opposition d’octobre 2009

Force est de constater que nombre de projets au Plessis-Robinson sont élaborés en catimini et dévoilés au dernier moment quand il est trop tard pour en discuter.

On peut citer en exemple les projets de NOVEOS   ou de réhabilitation de l’école François Peatrik. Les citoyens aspirent à participer à ces projets et ne souhaitent pas les découvrir grâce aux voisins ou à la famille. Ces projets apportent des bouleversements, tant sur le plan résidentiel que sur le plan de circulation et les Robinsonnais sont mis devant le fait accompli.

Dans les mois qui viennent, il y aura des débats sur l’avenir du Plessis-Robinson. Va-t-on continuer à densifier à tout va sachant qu’il est prévu que la ville atteigne les 45 000 habitants ? Avec le projet Noveos   ce seuil devrait être atteint. Y a-t-il d’autres projets dans les cartons ?
En ce qui concerne l’école François Peatrik, les projets de travaux se suivent et ne se ressemblent pas.

Depuis que nous avons eu la présentation des constructions / travaux sur l’emplacement de l’école, des modifications sont intervenues :

  • La construction d’une crèche,
  • Peut-être un deuxième sous-sol de parkings sous les logements,
  • L’édification d’une rivière entre l’école et les logements.

La municipalité avait organisé deux réunions publiques pour les parents en juin. Début juillet, elle a dû en organiser une troisième pour les habitants des pavillons alentours, inquiets de l’absence de plan de circulation et des informations données : suppression des emplacements de parkings de la rue Joseph Lahuec, derrière l’immeuble « Les Lunettes » ; sortie de l’ensemble du trafic entre l’immeuble et le pavillon situé au 15 avenue de la République, passage étroit et sans trottoir pour les piétons et poussettes ; inquiétude sur la quantité du trafic généré par l’école, la maison des Associations, les logements et la crèche.

Lors de la réunion de juillet, en présence de M. Pemezec, sénateur, d’un responsable des travaux à la mairie, d’un architecte en lien avec le promoteur et en l’absence de M. Perrin, maire, qui doit pourtant signer les documents. Ceux-ci ont pu entendre les interrogations et craintes des riverains. Une nouvelle réunion doit être programmée en septembre.


Version imprimable de cet article Version imprimable
Site d'information de la section du Plessis-Robinson du Parti Socialiste